armistice


armistice

armistice [ armistis ] n. m.
• 1680; n. f. XVIIIe; lat. médiév. armisticium, de arma « armes » et sistere « arrêter », sur le modèle de interstitium « intervalle de temps »
Convention conclue entre les belligérants afin de suspendre les hostilités. trêve. Conclure, signer un armistice. Armistice qui suit un cessez-le-feu. Le plus souvent l'armistice précède la conclusion d'une paix définitive. « les partisans d'un armistice immédiat et sans conditions » (Duhamel). (En France) L'Armistice : l'anniversaire de l'armistice de 1918, fêté le 11 novembre.

armistice nom masculin (latin médiéval armistitium, du latin classique arma, arme, et statio, état d'immobilité) Convention par laquelle les belligérants suspendent les hostilités. (L'armistice est conclu non par des plénipotentiaires civils, mais par les chefs militaires suprêmes, et n'a donc pas de conséquences sur l'état de guerre : seules cessent les hostilités, d'où l'utilisation accrue du terme « cessez-le-feu » pour désigner cet accord.) ● armistice (synonymes) nom masculin (latin médiéval armistitium, du latin classique arma, arme, et statio, état d'immobilité) Convention par laquelle les belligérants suspendent les hostilités.
Synonymes :
- trêve

armistice
n. m. Suspension des hostilités après accord entre les belligérants.

⇒ARMISTICE, subst. masc.
Suspension totale ou partielle des hostilités entre deux armées, en particulier pour permettre au pays qui en fait la demande d'étudier les conditions de fin de guerre de l'adversaire :
1. ... et toute cessation d'hostilités par armistice, trève ou capitulation, cartel d'échange, conventions préliminaires ou définitives, doit être religieusement exécutée.
BONALD, Législ. primitive, t. 2, 1802, p. 101.
2. Nos généraux reçurent aussitôt l'ordre de dénoncer l'armistice et la guerre allait recommencer, quand les Autrichiens demandèrent une prolongation de quarante-cinq jours, ce qui leur fut accordé, moyennant la cession d'Ingolstadt, d'Ulm et de Philipsbourg.
ERCKMANN-CHATRIAN, Histoire d'un paysan, t. 2, 1870, p. 538.
3. « La France et l'Allemagne sont toujours en état de guerre, disions-nous aux hésitants pour les amener à nous rejoindre; car même si vous tenez l'armistice pour valable, l'armistice n'est pas la paix... »
AMBRIÈRE, Les Grandes vacances, 1946, p. 271.
SYNT. Accepter, accorder, conclure, demander, imposer, observer, obtenir, offrir, prolonger, proposer, refuser, rompre, signer, solliciter, violer l'(un) armistice; clause(s), commission(s), condition(s), convention, demande, dénonciation, négociation(s), projet, prolongation, proposition, rupture, signature, traité d'(de l', d'un) armistice.
Rem. La suspension d'armes a un caractère plus restreint et plus local.
P. métaph. Pause permettant de se reposer, de reprendre force ou vigueur.
♦ [En parlant d'adversaires autres que des pays en guerre] :
4. C'était bien l'avis de l'évêque. Nulle transaction avec le diable, pas d'armistice avec l'enfer! Mais en sage prélat, il ajoutait : « C'est avant tout sous le silence que vous devez les écraser. »
BARRÈS, La Colline inspirée, 1913, p. 272.
5. Quand les disputes deviennent sérieuses, les voisins de tante Léo tapent contre le mur, on fait : Pouce! et les armistices, les traités de paix, les silences orageux, se passent dans une espèce de salle à manger fantôme, de salle d'attente, de pièce vide où la femme de ménage revisse une table très laide, très lourde et très incommode.
COCTEAU, Les Parents terribles, 1938, II, 1, p. 230.
♦ [En parlant de luttes d'idées] :
6. Chercher l'équilibre stable et le repos à une pareille époque, c'est chercher l'impossible; on est fatalement dans le provisoire et l'instable. Le calme n'est qu'un armistice, un point d'arrêt pour prendre haleine.
RENAN, L'Avenir de la science, 1890, p. 373.
PRONONC. ET ORTH. :[]. ROB. rappelle que le mot est du fém. ds Ac. 1762 ,,puis masc. à partir de la fin du XVIIIe s.`` (cf. aussi rem. ds LITTRÉ). LITTRÉ signale que ,,c'est une faute populaire assez commune de dire amnistie pour armistice``.
ÉTYMOL. ET HIST. — 1680 masc. (RICH. : Armistice. Se trouve dans les traitez de guerre et de paix et dans quelques gazettes. Une suspension d'armes; mais peu de gens l'aprouvent).
Empr. au lat. médiév. armistitium (1335 ds LATHAM, Revised medieval Word-list, Londres, 1965, 30b) formé du lat. arma (arme) et de statio « état d'immobilité » sur le modèle de interstitium (interstice) solstitium (solstice), justitium « vacance de tribunaux ».
STAT. — Fréq. abs. littér. :575. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 264, b) 230; XXe s. : a) 155, b) 2 003.
BBG. — AQUIST. 1966. — BACH.-DEZ. 1882. — BAR 1960. — BARR. 1967. — BOUILLET 1859. — CAP. 1936. — CRIQUI 1967 →. — DAUZAT Ling. fr. 1946, p. 44. — LACR. 1963. — NOTER-LÉC. 1912. — PINCHON (J.). Questions de vocab. collision-collusion. Fr. Monde 1968, n° 58, p. 44. — PISSOT 1803. — Pol. 1868. — RÉAU-ROND. 1951. — SPR. 1967.

armistice [aʀmistis] n. m.
ÉTYM. 1680, in Académie, Richelet, masc.; fém. 1762, puis masc. à partir de la fin du XVIIIe; lat. médiéval armistitium, de arma « arme », et sistere « arrêter », sur le modèle de interstitium « intervalle de temps ».
1 Convention conclue entre les belligérants afin de suspendre les hostilités pour une durée déterminée ou indéterminée. Arrêt, interruption, suspension (des hostilités), trêve. || Conclure, signer un armistice. || Dénoncer l'armistice. || Le plus souvent l'armistice précède la conclusion d'une paix définitive.
1 Le 11 novembre 1918, un armistice, « généreux jusqu'à l'imprudence », était accordé à l'armée allemande (…) Le soulagement des Français, après l'armistice du 11 novembre, qui mettait fin à plus de quatre ans de tuerie et d'angoisses, fut inexprimable.
J. Bainville, Hist. de France, XXII, p. 561-562.
2 Les illuminés, les partisans d'un armistice immédiat et sans conditions me faisaient hausser les épaules : le niais qui met bas les armes est armé de nouveau pour le service du vainqueur.
G. Duhamel, la Pesée des âmes, X.
Absolt et spécialt. Dans le contexte français, l'Armistice désigne celui du 11 novembre 1918.
2 Fig. Arrêt provisoire d'une lutte, pause dans un débat d'idées. Trêve.
CONTR. Reprise (des hostilités).

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Armistice de 14-18 — Armistice de 1918 Cette photographie a été prise après la signature de l armistice à la sortie du « wagon de l Armistice » du train d État Major[1] du maréchal Ferdinand Foch (deuxième à partir de la droite) …   Wikipédia en Français

  • armistice — index cessation (interlude), halt, interruption, lull, pause, peace, treaty Burton s Legal Thesaurus …   Law dictionary

  • Armistice (EP) — Armistice Single par Armistice Sortie 14 février 2011 :  France 15 février 2011 …   Wikipédia en Français

  • armistice — ARMISTICE. subs. m. Suspension d armes. Un long armistice. Convenir d un armistice. Rompre l armistice. Armistice de quelques jours. L armistice ne fut pas de durée, ne tarda pas à cesser, à expirer …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • armistice — (n.) 1707, from Fr. armistice (1680s), coined on the model of L. solstitium (see SOLSTICE (Cf. solstice)), etc., from L. arma arms (see ARM (Cf. arm) (n.2)) + stitium (used only in compounds), from sistere cause to stand (see …   Etymology dictionary

  • Armistice — Ar mis*tice, n. [F. armistice, fr. (an assumed word) L. armistitium; arma arms + stare, statum (combining form, stitum), to stand still.] A cessation of arms for a short time, by convention; a temporary suspension of hostilities by agreement; a… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • armistice — *truce, cease fire, peace …   New Dictionary of Synonyms

  • armistice — [n] peace establishing agreement ceasefire, suspension, treaty, truce; concepts 230,684 Ant. dispute, fight, war …   New thesaurus

  • armistice — ► NOUN ▪ a truce. ORIGIN French, from Latin arma armour, arms + stitium stoppage …   English terms dictionary

  • armistice — [är′mə stis] n. [Fr < L arma, arms (see ARM2) + stitium (as in solstitium, SOLSTICE) < sistere, to cause to stand, redupl. < stare, STAND] a temporary stopping of warfare by mutual agreement, as a truce preliminary to the signing of a… …   English World dictionary